La Torah nous enseigne que notre raison de vivre est de parvenir à aimer D.ieu.

Pour y arriver nous devons accomplir ses commandements et par dessus tout, amener la délivrance dans le monde.

Ce n’est pas facultatif mais bien un devoir et le moment le plus attendu par l’humanité.

En tant que notre raison d’être il ne doit pas se passer un jour sans que cela soit une priorité pour nous . Et ce, sans que celà soit lié à notre condition matérielle ou spirituelle ni même à nos désirs et aspirations.

C’est la mission de notre vie et la raison de notre venue sur terre.

Il y a une immense différence entre celui qui désire une chose au plus profond de son être et celui qui est interéssé par quelque chose qui va servir un dessein superficiel.

Le premier s’investira entièrement pour atteindre ses ambitions et les attirera vers lui, comme il est écris “l’homme est aidé dans la direction qu’il veut prendre”.

Dans ce cas, il y a de grandes chances qu’il arrivera à atteindre son objectif, et encore plus lorsque son objectif est celui du Créateur.

Par contre, quand la volonté est superficielle, et que la cause pour laquelle il est descendu sur terre n’en est plus une, alors d’une manière évidente, il n’y a plus de réelle volonté.

C’est pour cela que celui qui se dévoue à sa mission qui lui est destinée par le Ciel, met toutes les chances de son côté pour atteindre son objectif.

Il doit juste s’y adonné corps et âme !

Afin d’arriver à une situation ou l’homme s’épanouie en vivant son rêve chaque jour, il est obligé de comprendre :

  • Quel est le sens de son objectif ? faire une demeure éternelle pour D.ieu.
  • Pourquoi en a-t’il besoin ? pour se réaliser en tant qu’homme, et réaliser la mission pour laquelle il est descendu dans ce monde.
  • qu’est-il prêt à faire pour atteindre son objectif ? don de soi, aller au-delà de ses limites !
  • Comment il atteindra son objectif ? en se donnant les moyens d’y arriver.

Plus l’homme approfondit et s’efforce de comprendre son rôle dans ce monde, ainsi il lui sera facile d’agir et de réaliser ce qu’il veut.

Plus il fuit son rôle et plus sa vie se complique et devient difficile.

Afin de se donner totalement pour Mashiah, il nous incombe d’accepter la vérité.

Tant que la délivrance finale n’est pas arrivée, c’est la preuve évidente que nous n’avons pas fait le nécessaire, et que cela ne nous tient apparemment pas suffisamment  à cœur.

A nous de briser les chaines de l’exil.