Dans le livre du Tanya Igueret  Hakodesh , troisième lettre, l’auteur  souligne la force de la Tsedaka en introduisant par un verset du prophète Ichaya : “Il se revêtit de tsedaka comme d’une cuirasse et il mit le casque du salut sur sa tête” .

Ici la tsedaka est comparée à une armure et a un casque.

L’Admour Hazaken explique que la cuirasse est constituée de nombreuses écailles, obstruant les trous qui protègent l’homme d’éventuelles flèches cherchant à lui nuire, ainsi chaque pièce de tsedaka s’additionne aux autres pour représenter une somme importante et former une cuirasse qui servira de protection à celui qui la donne.

Il faut savoir que la Tsedaka surpasse les autres mitsvotes.

Chaque Mitsva forme un vêtement pour l’âme, ces vêtement proviennent d’un très haut niveau “sovev kol almin” cette lumière descend de monde en monde à travers les dix sphères pour enfin pénétrer notre monde, on l’appelle à ce moment  “Memale Kol  Almin “.

Ainsi l’âme pourra profiter de cette révélation dans le Gan Eden sans s’annuler à cause de cela.

La pratique des mitsvots révèle la lumière qui entoure ‘’Sovev ‘’ et va éclairer à l’intérieur des sphères des mondes Atsilout, Bria, Yetsira, Assya.

C’est ce qui est appeler ” Yhoud Koudcha Brikh Ou Chekhinté”  c’est-à-dire l’union de D.ieu et de sa Présence.

Un pâle reflet de cette lumière qui entoure “sovev “au moyen d’une puissante contraction devient un vêtement pour l’âme.

Concernant la mitsva de tsedaka, il est écrit, que c’est un bienfait dont l’homme consomme les fruits dans ce monde . Il est en effet expliqué que la tsedaka produit des alvéoles dans les réceptacles des dix sphères, ce qui permet à l’homme d’être récompenser dans ce monde et de bénéficier de la longévité ou de la richesse.

Toutefois, pour que les forces du mal ne puise dans cette lumière et pour que l’homme soit protégé, préservé et gardé, cette lumière qui entoure, éclaire par réflexion l’alvéole qui était causée par la tsedaka et est ainsi obstruée comme l’écaille qui recouvre l’alvéole de la cuirasse.

Cette unification causée par les mitsvots provoque un éclairage accru en commençant par la sephira de hohma ‘’l’intellect’’, qui est la première des dix sephirotes, puis s’enchaine de monde en monde jusqu’au notre.

C’est le sens du verset qui a été cité au début de cette lettre : “Il mit le casque du salut sur sa tête “. Il s’agit de l’arrivée de la clarté de cette lumière infinie à travers la sphère de Hokhma.

Le salut en hébreu “yeshoua” a la même étymologie que “yesha” agréé, l’idée est d’agréer et d’instaurer une relation qui au préalable n’existait pas.

C’est particulièrement grâce à la mitsva de tsedaka que l’on obtient cette révélation comme il est écrit : ‘’Il sème des actions de tsedaka et fait fleurir le salut” .

זורע צדקות ,מצמיח ישועות

De ce texte au combien important, nous pouvons comprendre l’importance de l’offrande pour le troisième temple qui est une tsedaka que l’on fait pour le créateur du monde qui est comparé à toutes les mitsvotes.

 En lui donnant avec la générosité de notre cœur, nous rebâtissons non seulement matériellement une demeure pout le créateur, mais nous rebâtissons le corps spirituel qui a été touché par ce long exil.

En s’unissant tous ensemble par cette action, et en rebâtissant le troisième temple qui sera notre armure, le peuple d’Israël obstruera tout le manque spirituel et matériel de toutes les générations depuis la création du monde et acheminera une protection éternelle au monde entier, tout comme les écailles d’une armure empêchent les flèches de la traverser.